Tumeur au cerveau : il joue de la guitare lors de son opération !

      Commentaires fermés sur Tumeur au cerveau : il joue de la guitare lors de son opération !

La guitare comme remède de dystonie des mains

Abhishek Prasad, un jeune indien âgé d’une trentaine d’années, a du subir une opération chirurgicale le 11 juillet 2017, afin de lui retirer une tumeur ancrée dans son cerveau. Souffrant d’une maladie appelée dystonie, il a du rester 7 heures, réveillé, à jouer de la guitare durant toute la durée de son opération.

La dystonie est un trouble moteur qui atteint les groupes musculaires en contractant les muscles de façon involontaire. Alors qu’il était réveillé et conscient durant l’opération, le fait de jouer de la guitare a grandement aidé les chirurgiens à identifier les parties du cerveau qui contrôlent toutes les parties cognitives en question, essentiellement le toucher et la parole. Plus ses mouvements de doigts sur les cordes étaient rapides et plus vite l’opération avançait.

Une opération inédite et une prouesse médicale

Le chirurgien principal, le Docteur Sharan Srinivasan, l’a opéré dans une ville du Sud de l’ Inde, nommée Bangalore, à l’hôpital Bhagawan Mahaveer Jain Hospital. Il a expliqué : « C’est une pathologie étrange car l’IRM est normale, le scanner est normal et les tests sanguins sont normaux, c’est un diagnostique purement clinique ».

Abhishek Prasad, le patient à la fois musicien professionnel et artiste, a déclaré : « le docteur m’avait demandé d’apporter ma guitare dans le bloc opératoire, pour avoir un retour continu de mon état. Parce que lorsqu’ il faisait des incisions dans mon cerveau, on pouvait voir une différence au niveau du fonctionnement de mes doigts. Tout ça faisait partie de la procédure ». Puis il a ajouté : « J’ai trouvé ça fantastique de voir l’amélioration presque magique des mouvements de mes doigts, et cela directement sur la table d’opération ».

Alors que cette maladie touche essentiellement les musiciens qui se voient pris de spasmes involontaires, il s’avère qu’une telle opération peut réellement les sauver en temps réel : « À la fin de l’intervention, mes doigts étaient guéris à 100 %, et je pouvais les bouger comme avant, a-t-il ajouté. Trois jours plus tard, je suis sorti de l’hôpital et j’étais prêt à rejouer. »

La guitare serait-elle un instrument de guérison autant qu’un instrument de plaisir auditif ?! Ce qui est sur, c’est qu’elle n’a pas fini de nous surprendre !